Afin de réaliser des statistiques de visites et d'améliorer l'expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies.

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies de mesure d'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

We use cookie technology to measure our online audience in order to compile statistics on website visits and improve the browsing experience for our website's users. 
By using our website, you consent to the use of cookies for audience measurements. Click here for more information on cookies and how to set your preferences

Communiqués de presse

Retour

Paris, le 8 mars 2012

Résultats annuels 2011

Bonne tenue de l'activité dans un environnement économique et financier difficile

  • Chiffre d'affaires stable : 7 657 M€, + 0,2 % à données comparables 
  • Résop Média(1) conforme aux objectifs : 414 M€, soit - 11,1 % à change constant 
  • Résultat net - part du Groupe ajusté(2) : 226 M€ (- 58 M€)
  • Un résultat net affecté par des dépréciations de 895 M€

Une situation financière solide


  • Flux opérationnels et d'investissements en forte hausse : 766 M€ (320 M€ en 2010)
  • Réduction significative de l'endettement net : 1 269 M€ (- 503 M€)
  • Excellente situation de liquidité (2 014 M€ de liquidités disponibles(3))


Proposition de dividende stable à 1,30 € par action

 

Principaux éléments de l'exercice 2011 :

  • Bonne résistance de l'activité, malgré un environnement économique et financier difficile. Les nouveaux axes de développement du Groupe (Numérique, Production TV, Travel Retail) ont poursuivi leur dynamique de croissance. Le chiffre d'affaires s'élève à 7 657 M€, stable à données comparables (+ 0,2 %) et en baisse de 3,9 % en données brutes, l'écart s'expliquant essentiellement par un effet de périmètre négatif lié à la cession de la Presse Magazine Internationale (PMI).
  • Résultat opérationnel courant média (Résop) en baisse de 11,1 % à change constant, en ligne avec l'objectif communiqué le 8 novembre dernier, en raison principalement :
    - pour Lagardère Publishing, de la fin attendue de l'effet Stephenie Meyer et de conditions de marché plus difficiles dans les pays anglo-saxons ;
    - pour Lagardère Unlimited, d'éléments non récurrents, du non renouvellement de certains contrats et de performances commerciales moins bonnes qu'attendu.
  • Résultat net - part du Groupe négatif, à - 707 M€, lié principalement aux pertes de valeur d'un montant de 895 M€ (sur Lagardère Unlimited et Canal+ France essentiellement), comme annoncé le 7 février dernier. Hors éléments non récurrents / non opérationnels et hors EADS, le résultat net s'établit sur une base ajustée à 226 M€, contre 284 M€ en 2011, soit - 58 M€, reflétant essentiellement la baisse du résultat opérationnel courant.
  • La somme des flux opérationnels et d'investissement s'élève à 766 M€ (320 M€ en 2010), en très forte hausse, grâce aux cessions intervenues cette année (PMI et radios en Russie).
  • Baisse significative de l'endettement net : 1 269 M€ fin 2011 (- 28 %), grâce aux cessions. Le gearing(4) s'améliore de 2 points et s'établit à 42 %, tout comme le ratio dette nette / EBITDA(5) qui passe de 2,8 x à 2 x.

I- CHIFFRE D'AFFAIRES ET ACTIVITÉ DU GROUPE

Le chiffre d'affaires de Lagardère SCA sur l'ensemble de l'exercice 2011 s'élève à 7 657 M€, en baisse en données brutes (- 3,9 %), stable à données comparables (+ 0,2 %).

 
Chiffre d'affaires (M€)
Variation
2011/2010
brute
 
Variation 2011/2010
à données
comparables
 
2010

2011

 LAGARDÈRE 7 966
7 657
(3,9 %)
0,2 %
  •  Lagardère Publishing
2 165
2 038
(5,9 %)
(4,4 %)
  •  Lagardère Active
1 826
1 441
(21,0 %)
1,3 %
  •  Lagardère Services
3 579
3 724
4,0 %
2,0 %
  •  Lagardère Unlimited
396
454
14,5 %
6,2 %


L'écart entre les données brutes et les données comparables s'explique principalement par un effet de périmètre négatif de 344 M€ (essentiellement lié à la cession de la Presse Magazine Internationale, PMI). Ces changements de périmètre sont légèrement compensés par un effet de change positif (16 M€).

  • Lagardère Publishing

Chiffre d'affaires de 2 038 M€ sur l'ensemble de l'exercice 2011, en recul de - 5,9 % en données brutes et de - 4,4 % à données comparables. L'effet de comparaison défavorable lié aux ventes de Stephenie Meyer s'est atténué à la fin du troisième trimestre 2011, pour disparaître totalement sur la fin de l'année. Il a impacté négativement les ventes aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans l'Illustré en France. Hors cet effet, la baisse du chiffre d'affaires de la branche n'aurait été que de 0,3 % à données comparables.

L'année a également été marquée dans les pays anglo-saxons par les difficultés rencontrées par certains distributeurs (faillites de Borders aux États-Unis et de REDgroup en Australie).

Bonnes performances en France dans l'Éducation (+ 2,4 %, tirée par la réforme du Lycée) et dans la Littérature générale (+ 2,4 %). En Espagne, l'activité progresse également (+ 1,1 %) grâce à l'Éducation qui a bénéficié des réformes scolaires.

Poursuite de la dynamique du livre numérique, essentiellement dans les pays anglo-saxons. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, il représente respectivement 20 % et 10 % du chiffre d'affaires Adult trade(6) à fin décembre 2011. En France, le lancement de nouvelles liseuses numériques est intervenu à l'automne, mais n'a pas encore fait décoller le marché de façon significative. Sur l'ensemble de l'exercice 2011, le livre numérique représente ainsi 6 % du chiffre d'affaires total de Lagardère Publishing.

  • Lagardère Active

Chiffre d'affaires de 1 441 M€ sur l'ensemble de l'exercice 2011, en croissance de + 1,3 % à données comparables, en baisse de 21 % en données brutes. L'écart entre les données brutes et les données comparables s'explique essentiellement par la cession de la PMI. L'effet de change est négligeable.

Hors PMI cédée, le chiffre d'affaires est stable, à 1 075 M€ au 31 décembre 2011 (soit - 0,5 % à données comparables).

L'année 2011 aura été marquée par une belle progression des activités de Production TV (+ 8,3 %, avec notamment la série Borgia) et des chaînes de télévision (+ 7 %), alors que les performances dans la Presse magazine (- 2,2 %) et les Radios en France (- 5,5 %) ont été plus mitigées. À noter un ralentissement de l'activité en fin d'année, du fait d'un contexte macro-économique peu favorable, notamment sur le marché publicitaire (en recul de 1,2 % sur l'ensemble de l'année 2011).

  • Lagardère Services

Chiffre d'affaires de 3 724 M€ sur l'ensemble de l'exercice 2011, en hausse de 4 % en données brutes et de 2 % en données comparables. L'écart entre les données brutes et comparables s'explique essentiellement par un effet positif de périmètre (26 M€), lié principalement aux acquisitions et aux entrées dans le périmètre de consolidation des activités à Singapour, en Chine et en Bulgarie, partiellement compensées par la mise en équivalence des activités de Relay dans les Aéroports de Paris (ADP) au quatrième trimestre 2011 (conséquence du nouveau partenariat avec ADP). L'effet de change est positif (49 M€).
Sur l'exercice 2011, malgré un environnement perturbé (conjoncture économique, événements dans les pays arabes, catastrophes naturelles et intempéries en Amérique du Nord ainsi que dans le Pacifique), les activités de Détail ont progressé de 4,1 %, portées par les bonnes performances des activités dans les lieux de transport, grâce au développement du réseau et des nouveaux concepts, ainsi que des initiatives commerciales. La Distribution continue de décroître (- 3,2 %) en raison de l'évolution défavorable du marché de la presse.

  • Lagardère Unlimited

Chiffre d'affaires de 454 M€ sur l'ensemble de l'exercice 2011, en progression de 14,5 % à données brutes et de 6,2 % à données comparables. L'écart entre ces deux variations est lié essentiellement à un effet périmètre positif, résultant notamment de l'intégration des activités du Lagardère Paris Racing au 1er janvier 2011 ainsi que de Best (société américaine spécialisée dans la représentation de sportifs et de célébrités) en avril 2010.
L'exercice 2011 bénéficie d'un calendrier sportif riche en événements, avec notamment l'occurrence de l'Asian Football Cup (World Sport Group) et les matches de qualification pour l'UEFA Euro 2012TM, légèrement contrebalancée par l'absence de revenus sur l'IPL (Indian Premier League, cricket) et la non occurrence de la Coupe d'Afrique des nations.

II- PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DU COMPTE DE RÉSULTAT

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT DES SOCIÉTÉS INTÉGRÉES(7)


Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées (Résop Média) s'établit à 414 M€, en baisse de 11,4 % en données brutes et de 11,1 % à change constant, en ligne avec l'objectif communiqué le 8 novembre dernier.

 
Résop (M€)
Variation
2011/2010
(M€)
 
 
2010
2011
 LAGARDÈRE 467,5
414,2
(11,4 %)
  •  Lagardère Publishing
250,4
220,8
(11,8 %)
  •  Lagardère Active
84,4
94,9
12,4 %
  •  Lagardère Services
104,5
104,6
0,1 %
  •  Lagardère Unlimited
28,2
(6,1)
-

 

  • Lagardère Publishing : fin de l'effet de base défavorable lié aux ventes de Stephenie Meyer, avec un très bon niveau de profitabilité, proche de 11 %

2011 est une année de retour à un niveau de profitabilité normatif, après 3 années ayant bénéficié du succès de Stephenie Meyer. La fin de cet effet en 2011 a pesé notamment sur la profitabilité aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans l'Illustré en France.

Dans les pays anglo-saxons, les difficultés rencontrées par les distributeurs (faillites de Borders aux États-Unis et de REDgroup en Australie) ont également affecté la profitabilité. Bonnes performances en France (dans l'Éducation, la Distribution et pour Larousse) ainsi qu'en Espagne, qui conservent un niveau de profitabilité élevé.

Sur l'ensemble de la branche, l'année 2011 affiche un très bon niveau de profitabilité, proche de 11 %.

  • Lagardère Active : progression de la profitabilité grâce à la bonne maîtrise des coûts, à la cession de Virgin 17 et à l'impact positif du Numérique

Le Résop progresse de 10 M€, pour s'établir à 95 M€, et ce malgré la cession de la PMI en cours d'année.

Hors PMI, le Résop s'élève à 56 M€, contre 35 M€ en 2010, soit une très forte progression de 60 %, qui s'explique principalement par :

  • une bonne maîtrise des coûts, notamment dans la Presse Magazine en France ;
  • la cession de Virgin 17, entité qui avait généré 9 M€ de pertes en 2010 ;
  • l'amélioration de la profitabilité dans le Numérique.

Ces éléments positifs ont réussi à compenser largement l'effet défavorable de la baisse des recettes publicitaires et de la diffusion.

  • Lagardère Services : stabilité du Résop, dans une année d'investissements en Asie et un environnement perturbé

La marge opérationnelle est stable en 2011, avec un Résop qui s'élève à 105 M€ : la progression de l'activité, notamment dans le Détail, a compensé les effets d'un environnement économique et géopolitique perturbé et les coûts des investissements réalisés en Asie.

Activités de Détail : stabilité de la profitabilité et légère hausse du Résop, les très bonnes performances en France étant compensées par le recul de la profitabilité en Asie-Pacifique (zone à fort potentiel), lié aux coûts de développement en 2011 (ouverture de points de vente, etc.), aux intempéries et catastrophes naturelles, ainsi qu'à la forte appréciation du dollar australien.

Activités de Distribution : stabilité de la profitabilité, les plans d'économies réalisés sur les années précédentes portant leurs fruits.

  • Lagardère Unlimited : une année difficile malgré un bon niveau d'activité

Le Résop s'établit à - 6 M€, en recul de 34 M€ par rapport à 2010.

Malgré une activité en hausse (+ 6,2 % à données comparables), la profitabilité a été pénalisée par les éléments suivants :

  • éléments non récurrents : provisions, litiges (notamment celui avec le Board of Control for Cricket in India lié aux droits du cricket chez World Sport Group) et non recouvrement de certaines créances ;
  • des contrats en perte ;
  • l'effet déjà connu du non renouvellement de certains contrats (notamment avec la Fédération Française de Football) ;
  • des performances commerciales moins bonnes qu'attendu.

À noter que des changements de management majeurs sont intervenus au cours du premier semestre 2011, avec un objectif affirmé de redressement de la branche.

Le Résop du Hors Pôles s'élève à - 12 M€ (contre - 6 M€ en 2010), et inclut les coûts liés au projet d'introduction en bourse de Canal+ France.

CONTRIBUTION DES SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE(8)


Le résultat des sociétés mises en équivalence s'établit à 112 M€, soit une hausse de 72 %
par rapport à 2010, qui s'explique essentiellement par la progression des résultats d'EADS. Hors EADS, ce résultat passe de 22 M€ à 33 M€ grâce à une meilleure contribution de Marie Claire et de Gulli.

ÉLÉMENTS NON RÉCURRENTS / NON OPÉRATIONNELS

Les éléments non-récurrents / non-opérationnels atteignent un total de - 1 003 M€ en 2011 contre - 184 M€ en 2010. Ils se décomposent de la manière suivante :

  • - 895 M€ de pertes de valeur, dont pour l'essentiel 550 M€ sur la branche Lagardère Unlimited, 27 M€ relatifs à certains actifs numériques de Lagardère Active et 310 M€ portant sur la participation dans Canal+ France. Comme chaque année, le Groupe réalise sur ses actifs des tests de dépréciation, fondés sur la méthode des cash flows futurs actualisés. En 2011, la prise en compte d'une part d'un environnement économique et boursier dégradé (augmentation des taux d'actualisation), et d'autre part des perspectives de la branche Lagardère Unlimited, a conduit à enregistrer ces dépréciations de valeur ;
  • - 84 M€ d'amortissement des actifs incorporels comptabilisés lors des acquisitions, principalement sur la branche Lagardère Unlimited ;
  • - 41 M€ de charges de restructuration : stables par rapport à l'année précédente et qui s'inscrivent dans le cadre de plans d'économies et de rationalisation dans les branches Lagardère Active, Lagardère Services et Lagardère Unlimited ;
  • + 17 M€ de plus-values de cession, essentiellement chez Lagardère Active avec la cession du Monde Interactif, la cession des activités de Presse Magazine Internationale et des radios en Russie n'ayant pas donné lieu à des plus-values significatives.

RÉSULTAT AVANT CHARGES FINANCIÈRES ET IMPÔTS

Il s'établit à - 489 M€, contre 343 M€ en 2010, en raison essentiellement des pertes de valeur exposées ci-dessus.

CHARGES FINANCIÈRES NETTES

Les charges financières nettes s'élèvent à 95 M€, en hausse de 13 M€ par rapport à 2010, essentiellement du fait d'une hausse des taux d'intérêt, qui a plus que compensé la baisse de l'endettement en deuxième partie d'année.

IMPÔTS

La charge d'impôt s'élève à 105 M€, contre 67 M€ l'année dernière, hausse qui s'explique en grande partie par les taxes acquittées dans les différents pays lors de la cession de la PMI.

Compte tenu de l'ensemble de ces éléments, le résultat net total s'établit à - 689 M€, dont - 707 M€ pour la part du Groupe et 18 M€ pour les intérêts minoritaires.

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ



 (M€)  2010  2011
Pôle Media
Autres activités* Total   Pôle Media Autres activités* Total  
 Chiffre d'affaires 7 966
-
7 966
7 657
-
7 657
 Résop 468
(6)
462
414
(12)
402
 Résultat des sociétés mises en équivalence 22
43
65
33
79
112
 Éléments non récurrents / non opérationnels (136)
(48)
(184)
(692)
(311)
(1 003)
 Résultat avant charges financières et impôts 354
(11)
343
(245)
(244)
(489)
 Charges financières nettes (46)
(36)
(82)
(44)
(51)
(95)
 Résultat avant impôts 308
(47)
261
(289)
(295)
(584)
 Impôts (142)
75
(67)
(150)
45
(105)
 Résultat net consolidé 166
28
194
(439)
(250)
(689)
  dont Intérêts minoritaires (31)
-
(31)
(18)
-
(18)
 Résultat net - part du Groupe 135
28
163
(457)
(250)
(707)

* Hors Pôles, Canal+ France et EADS.

RÉSULTAT NET AJUSTÉ - PART DU GROUPE

Le résultat net ajusté - part du Groupe s'élève à 226 M€, soit une baisse de 58 M€ par rapport à 2010, qui reflète principalement la baisse du Résop.

Le résultat net ajusté - part du Groupe par action est ainsi en baisse à 1,78 €, contre 2,24 € en 2010. Le nombre de titres est resté stable.

 (M€) 2010 2011
 Résultat net - part du Groupe
 163  (707)
 Résultat mis en équivalence d'EADS
 (43)  (79)
 Amortissements des actifs incorporels et frais liés aux acquisitions*  25  71
 Pertes de valeur :
   
  - sur écarts d'acquisition et immobilisations incorporelles*
 99  585
  - sur sociétés mises en équivalence 
 -  310
 Charges de restructuration*
84
 36
 Résultat de cession*
 (44)  10
 Résultat net ajusté - part du Groupe hors EADS
284
 226
 Résultat net ajusté - part du Groupe hors EADS par action dilué (en €)
 2,24 1,78

* Net d'impôt. 


III- AUTRES ÉLÉMENTS FINANCIERS

SOMME DES FLUX OPÉRATIONNELS ET D'INVESTISSEMENTS

 (M€) 2010 2011
 MBA avant charges financières & impôts  591 597
 Variation du BFR 81 (170)
 Flux générés par l'activité
672 427
 Intérêts payés et encaissés et impôts payés (141) (170)
 Flux opérationnels
531 257
 Investissements (286) (352)
  Corporels & incorporels (228) (253)
  Financiers
(58) (99)
 Cessions d'actifs
104 840
  Corporels & incorporels
10 26
  Actifs financiers
 94  814
 Augmentation / (diminution) des placements financiers  (29)   21
 Flux nets d'investissements 
 (211)  509
 Somme des flux opérationnels et d'investissements   320  766

 
Les flux opérationnels s'élèvent à + 257 M€ en 2011.

  • La marge brute d'autofinancement affiche une bonne stabilité à 597 M€, notamment grâce à la reprise des versements de dividendes par EADS.
  • Après deux années de variation très positive (+ 127 M€ en 2009, + 81 M€ en 2010), le besoin en fonds de roulement (BFR) connaît une variation négative (- 170 M€). L'évolution par rapport à 2010 est liée pour 60 M€ à l'activité PMI cédée en cours d'année, le solde s'expliquant pour l'essentiel par la hausse des encours de Production TV, et celle des créances clients chez Lagardère Publishing.
  • Les intérêts payés (nets des intérêts encaissés) sont en hausse à 87 M€.
  • Les impôts payés atteignent 83 M€ contre 74 M€ en 2010.

Les flux d'investissements représentent + 352 M€.

  • Les investissements corporels et incorporels augmentent de 25 M€ par rapport à 2010, et concernent principalement les branches Lagardère Services (poursuite des développements par aménagements de points de vente et gains de nouvelles concessions) et Lagardère Unlimited (acquisition de droits sportifs).
  • Les investissements financiers sont également en progression de 41 M€ (atteignant 99 M€ en 2011) et correspondent notamment à des compléments de prix sur les acquisitions antérieures pour Lagardère Unlimited, aux investissements de la branche Lagardère Services dans l'activité de Détail (en particulier sur les points de vente en République tchèque), ainsi qu'à des achats de participations minoritaires dans la branche Lagardère Publishing.
  • Le montant des cessions d'actifs financiers s'établit à 814 M€, en très forte hausse, et correspond pour l'essentiel aux actifs cédés de la Presse Magazine Internationale (648 M€), et des radios en Russie (117 M€).

Au total, la somme des flux opérationnels et d'investissements représente un encaissement net de 766 M€ contre 320 M€ en 2010, permettant une amélioration significative de la situation financière.

SITUATION FINANCIÈRE

L'endettement net s'établit à 1 269 M€ fin 2011, en baisse de 503 M€ par rapport à fin 2010, grâce à l'amélioration des flux opérationnels et d'investissements détaillée ci-dessus. Le gearing s'améliore ainsi de 2 points, et s'établit à 42 %, tout comme le ratio dette nette / EBITDA qui passe de 2,8 x à 2 x. L'EBITDA s'élève à 635 M€, stable par rapport à 2010 (633 M€).

La situation de liquidité du Groupe demeure excellente, avec 2 014 M€ de liquidités disponibles (trésorerie et placements financiers au bilan de 737 M€, et lignes de crédit autorisées non tirées de 1 277 M€). L'échéancier de dette est bien équilibré, la première échéance importante se situant en 2014 (remboursement de l'obligation émise fin 2009 pour 1 Md€). En janvier 2011, le Groupe avait renouvelé pour une durée de 5 ans un crédit bancaire syndiqué pour un montant de 1,6 Md€.

IV- PERSPECTIVES / DIVIDENDE

OBJECTIF D'ÉVOLUTION DU RÉSOP MÉDIA

En 2012, à périmètre (hors PMI et Radio en Russie) et change constants, le Résop Média devrait être stable par rapport à 2011. Cet objectif repose sur l'hypothèse d'un niveau de recettes publicitaires chez Lagardère Active équivalent à celui de 2011.

Par ailleurs, cet objectif ne prend pas en compte trois éléments non prévisibles à ce stade dans la branche Lagardère Unlimited. Il s'agit :

  • du règlement des réclamations à la Fédération Française de Football ;
  • du règlement du litige avec le Board of Control for Cricket in India ;
  • des négociations du contrat avec le Comité international olympique.


DIVIDENDE

Le dividende proposé au titre de l'année 2011 est maintenu au même niveau que l'année précédente, et s'élève à 1,30 € par action.

Ce montant s'inscrit dans la continuité d'une politique dynamique de rémunération des actionnaires, qui allie stabilité du dividende ordinaire depuis 2007 et opérations ponctuelles de rachats d'actions (en 2007 et 2008) et de dividendes exceptionnels (en 2005).

 

(1) Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées : voir définition en fin de communiqué.
(2) Hors contribution EADS et hors éléments non récurrents - non opérationnels.
(3) Trésorerie et placements financiers au bilan et lignes de crédit autorisées non tirées.
(4) Ratio dette nette / fonds propres.
(5) Voir définition en fin de communiqué.
(6) Ouvrages destinés au grand public - adulte.
(7) Résultat opérationnel courant des sociétés intégrées : voir définition en fin de communiqué.
(8) Hors amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions et pertes de valeur
.

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

  • Assemblée Générale des Actionnaires, le 3 mai 2012 à 10h, au Carrousel du Louvre (Paris).
  • Publication du chiffre d'affaires du premier trimestre 2012 le 10 mai 2012 à 8h.
  • Publication des résultats semestriels 2012 le 30 août 2012 à 17h40.

RAPPELS DES DÉFINITIONS

Résop
Le résultat opérationnel courant des sociétés intégrées est défini comme la différence entre le résultat avant charges financières et impôts et les éléments suivants du compte de résultat :

  • contribution des sociétés mises en équivalence ;
  • plus ou moins-values de cession d'actifs ;
  • pertes de valeur sur écarts d'acquisition, immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • charges de restructuration ;
  • éléments liés aux regroupements d'entreprises :
    - frais liés aux acquisitions ;
    - profits et pertes découlant des ajustements de prix d'acquisition ;
    - amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions.

EBITDA
Résultat avant Charges Financières et Impôts + Amortissements + Pertes de valeur sur écarts d'acquisitions, immobilisations corporelles et incorporelles - contribution positive (+ contribution négative) des sociétés mises en équivalence + dividendes reçus des sociétés mises en équivalence.

 

La réunion de présentation des résultats est retransmise, ce jour, en direct sur Internet :
www.lagardere.com

 

Contacts Presse

Contact Relations Investisseurs

Lagardère est un groupe 100 % média (livre, presse, audiovisuel, numérique, travel retail et distribution de presse, sport et entertainment) comptant parmi les leaders mondiaux de ce secteur.
Le marché de référence du titre Lagardère est Euronext Paris (Compartiment A).

Avertissement :
Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections, estimations et autres données à caractère prévisionnel basées sur l'opinion des dirigeants. Ces déclarations traduisent les opinions et hypothèses qui ont été retenues à la date à laquelle elles ont été faites. Elles sont sujettes à des risques et incertitudes connus et inconnus à raison desquels les résultats futurs, la performance ou les événements à venir peuvent significativement différer de ceux qui sont indiqués ou induits dans ces déclarations.

Nous vous invitons à vous référer au Document de référence de Lagardère SCA le plus récent déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers pour obtenir des informations complémentaires concernant ces facteurs, risques et incertitudes.

Lagardère SCA n'a aucunement l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de modifier les déclarations à caractère prévisionnel susvisées. Lagardère SCA ne peut donc être tenue pour responsable des conséquences pouvant résulter de l'utilisation qui serait faite de ces déclarations. 

Lagardère